Biennio Rosso

D’après Fascismo, il biennio rosso (1919-1920), traduction libre.

Après la fin de la Première Guerre mondiale, l’Italie a également souffert de graves difficultés économiques. Le taux de chômage, la reconversion industrielle du militaire au civil, le retour des anciens combattants ont apporté d’énormes problèmes au pays. Les classes moyennes et les classes à revenu fixe ont été particulièrement touchées par la crise économique, parce que la plupart du temps fragilisées par l’inflation causée par les dépenses militaires énormes) et déçues à cause de l’absence d’augmentation des salaires.

En janvier 1919, les catholiques ont donné naissance au Parti populaire italien, le premier parti réel d’inspiration catholique. Le fondateur et inspirateur de la nouvelle tendance était Don Luigi Sturzo. Pendant ce temps, le 23 Mars 1919 Mussolini a fondé les faisceaux combat à Milan.
Les élections de 1919 ont montré le désir de nouveauté du peuple italien. Ainsi, on a noté:

la forte baisse des libéraux;
la croissance du Parti populaire de Sturzo;
l’énorme force du Parti socialiste.

Le Parti socialiste a obtenu 156 députés contre 48 en 1913, le Parti du peuple en avait eu 100 contre 33 élus catholiques en 1913. Les libéraux ont perdu leur majorité.
Dans la période suivante, entre 1919 et 1920, la classe ouvrière a revendiqué avec des grèves, des manifestations et troubles de niveaux impressionnants dans les usines italiennes, contre les baisses de salaires et de lock-out. Parmi les causes de cette vague de grèves, il y avait la crise économique résultant de la guerre qui venait de s’achever, mais aussi un rêve historique important : celui du mythe de la révolution en Russie. Aux grèves provoquées par les difficultés économiques (afin par exemple d’obtenir de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés), se sont ajoutées des manifestations au contenu ouvertement politique.

Les deux lignes, exigences économiques d’une part et pression révolutionnaire d’autre part, ont fini par se confondre. Des slogans tels « les usines aux ouvriers » et « la terre aux paysans » virent bientôt le jour et des groupes de travailleurs ont même tenté d’occuper usines et terres vacantes.

Pendant ce temps, le parti fasciste recrutait nationalistes et anciens combattants de la guerre. Par la «victoire mutilée», ou le sentiment d’insatisfaction à l’égard de l’issue des accords de paix de Versailles (Trentin obtenu, Tyrol du Sud, Venezia Giulia, Trieste et l’Istrie, laissait cependant en plan la question de la ville de Rijeka et de la Dalmatie) ils ont trouvé un excellent porte-parole en Gabriele D’Annunzio.

Les préoccupations de la classe dominante, puis politique libérale étaient fondamentalement duales : arrêter la vengeance de D’Annunzio et empêcher la possibilité d’une révolution communiste, comme celle qui avait eu lieu en Russie. La deuxième préoccupation était particulièrement ressentie par les propriétaires fonciers industriels et agricoles qui possédaient une grande partie de la richesse du pays. L’indécision chronique des dirigeants italiens a fait le reste : l’Italie se trouvait à un carrefour, et choisit la voie tragique du fascisme, laquelle, le croyait-elle, l’emportait vers un avenir meilleur.
L’histoire du biennio rosso a commencé à Turin le 13 septembre 1919, avec la publication dans le magazine Ordine Nuovo (Nouvel Ordre) d’une texte « Aux commissaires des ateliers Fiat Centre et Brevets« , où l’on mentionnait officiellement l’existence et le rôle de Conseils d’usine dont la direction reposait sur des noyaux ouvriers de gestion de l’industrie par les travailleurs eux-mêmes. Déjà trois mois auparavant Gramsci et Togliatti avaient fait face à ce problème, dans le même journal, dans un article intitulé « Démocratie Ouvrière ».

Turin, le berceau de l’industrialisation italienne, est devenu le cœur du bolchevisme de par la structure même des Conseils mis en place lesquels bien qu’ayant des particularités propres avaient gardé  l’organisation générale de ceux de la Russie soviétique. Les protestations ont commencé dans les usines de construction mécanique, puis se sont poursuivi dans les chemins de fer, les transports et d’autres secteurs, tandis que les paysans occupaient le territoire. Les troubles se sont étendus à la campagne de la vallée du Pô, provoquant de violents affrontements entre les propriétaires et les ouvriers, avec violence des deux côtés, surtout en Émilie-Romagne. Les grévistes, cependant, avaient fait bien plus et mis en place, pour la première fois des formes d’autogestion: 500.000 grévistes ont travaillé, en produisant eux-mêmes. Pendant cette période, l’Union Syndicale Italienne (USI) a atteint près d’un million de membres.

Le phénomène s’est rapidement propagé à d’autres usines du Nord, avec la participation du mouvement anarchiste, mais n’a été que partiellement pris en charge par l’ISP, qui à l’époque était divisé entre réformistes et maximalistes. Gramsci a mis en garde les politiciens socialistes face à ces manifestations d’autonomie prolétarienne, et il tâcha d’organiser en théorie d’abord, puis en pratique, le mouvement ouvrier. Il ne put rien faire, cependant, contre la réaction des industriels, soutenue par le gouvernement et aidé de milliers de soldats juste démobilisés.

Le 28 mars 1920 deux blocs étaient face à face : d’une part les travailleurs en grève illimitée, d’autres part, les propriétaires, qui avaient adopté le lock-out comme une réaction aux demandes des travailleurs. Après plusieurs mois de négociations sur les augmentations de salaire, toujours rejeté par la Confédération générale de l’industrie, l’antagonisme était de plus en plus marqué ce qui conduisit à l’occupation armée des usines par les ouvriers, le 30 août 1920.

Alors que le Parti socialiste avait ouvert des négociations avec le gouvernement dirigé par Giolitti, les industriels et les propriétaires fonciers, plus pragmatiques, avaient quant à eux commencé à assurer leur soutien financier aux squadre fascistes.

Et le fascisme italien a répondu avec beaucoup de violence à la grève, aux occupations d’usines et de terres, à la demande des industriels et des grands propriétaires fonciers. Les escouades fascistes sont intervenues pour briser ces grèves en attaquant les participants, membres et sympathisants socialistes. En novembre, lors de l’installation du nouveau conseil municipal de Bologne,  dirigé par un socialiste d’extrême gauche, les fascistes, armés de pistolets et de grenades ont tué neuf personnes dont un conseiller nationaliste sur la place et dans la Mairie. Les expéditions punitives s’étendirent à la Toscane, la Vénétie, la Lombardie et Ombrie dans les Maisons du Peuple ou dans les locaux des ligues municipales socialistes et catholiques. En Vénétie julienne, de jeunes squadristi ont attaqué et mis le feu au siège des associations et des journaux slovènes. Dans le Haut Adige (Tyrol du Sud) la population allemande à été victime de violences similaires, les fascistes préconisant même une italianisation forcée (« nous devons éradiquer le nid de vipères allemands », a déclaré Mussolini). Préfets, chefs de police et commandants militaires tolérèrent tout ceci et, dans certains cas, aggravèrent les «opérations» des escouades fascistes contre les «subversifs rouge». «Ce sont des feux d’artifice qui font beaucoup de bruit, mais s’éteignent rapidement », a déclaré Giolitti pour minimiser le problème.

Giolitti a refusé de faire appel à la police et à l’armée dans les usines et attendit que le mouvement cesse de soi-même, que les travailleurs eux-mêmes se rendraient compte que l’occupation n’a conduit à rien. Dans le même temps il a cherché à faciliter les négociations entre les syndicats et les industriels et pratiquement forcé l’industrie à donner aux travailleurs les salaires revendiqués et améliorations requises. Ainsi, au début d’octobre 1920 Giolitti a été en mesure de faire passer un compromis entre les partenaires sociaux. À cette fin, il a également présenté un projet de loi pour le contrôle ouvrier sur les usines, jamais mis en œuvre.

Les conflits dans le monde du travail ont eu des résultats économiques : les travailleurs ont obtenu des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail, la durée de la journée de travail est passée de 10-11 heures à 8 heures.

Ils avaient toutefois aussi des effets négatifs politiques, parce que la peur s’était emparée non seulement des grands industriels ou des propriétaires des terres, mais aussi, et plus encore, de la classe moyenne, cette petite bourgeoisie naissante qui commençait à être une classe très nombreuse. C’est cette crainte d’une possible révolution qui allait bientôt l’amener à soutenir le fascisme de Benito Mussolini. Comme l’a fait la classe politique libérale. Giolitti lui même a encouragé la montée du fascisme lorsque, dans les élections de mai 1921, il a essayé d’absorber les fascistes dans le cadre parlementaire et de les insérer dans des blocs nationaux en opposition aux partis de masse (populaire, socialiste, communiste): 35 d’entre eux ont été élus, conduit par Mussolini.

Toutefois, la violence fasciste a continué même après le biennio rosso. Rien que dans la vallée du Pô, au cours des six premiers mois de 1921, on a pu dénombrer 726 attaques fascistes. Les objectifs de cette violence montrent clairement qui les escouades fascistes voulaient frapper et quels groupes ont été pris en cible: 59 maisons du peuple, 119 chambres du travail, 107 coopératives, 83 ligues paysannes, 141 sections socialistes, 100 centres culturels, 28 syndicats, 53 associations ouvrières de. L’État qui était censé maintenir l’ordre, n’est pas intervenu pour réprimer l’anarchie. Dans certains cas, la police a été rejointe par les escadrons fascistes. Les communistes et les anarchistes ont répondu par la création d’équipes de l’Arditi del Popolo (voir par exemple l’épopée de la défense de Parme, attaquée par des milliers de fascistes en Août 1922).

Le biennio rosso donna finalement naissance à deux tendances opposées, les deux nées d’une scission au sein du Parti socialiste : d’une part, les révolutionnaires bolcheviques, ce qui ensuite a mené à la création en janvier 1921, au Congrès de Livourne, du PCI, une entité politique destinée à laisser une marque indélébile sur la vie italienne, et d’autre part à un fascisme réactionnaire et violent lui aussi décisif pour l’histoire de l’Italie au XXe siècle.

Voir : Gramsci et Gli Arditi del Popolo, la prima organizzazione antifascista

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s