Vivre et mourir en Europe du milieu du XIXème siècle aux années 1960

Du milieu du XIXe siècle aux années 1960, l’Europe connait de fortes évolutions démographiques. La population passe de 265M d’habitants en 1850 à 650M à la fin des années 1960 (X2,5). Ces changements sont en lien avec les transformations des modes de vie et des pratiques culturelles, dans un contexte de mutations des structures de production et de changement des systèmes techniques.Quelles sont les évolutions démographiques en Europe du milieu du XIXe siècle aux années 1960 (soit une période d’un siècle) et leurs facteurs ?

I. Une forte augmentation de la population européenne du milieu du XIXe siècle à la veille de la Première Guerre mondiale (1914)

A. Les étapes de cet essor démographique

De 1850 à 1914 : population européenne = 265 millions à 450 millions d’habitants.
Explication : transition démographique = passage d’un régime démographique traditionnel avec un taux de natalité et de mortalité fort (50%o) à un régime démographique moderne avec un taux de natalité et de mortalité faible (un peu plus de 10%o) en deux phases: d’abord une diminution du taux de mortalité (1ère phase) et ensuite une diminution du taux de natalité (2ème phase). Durant la première phase, l’accroissement naturel (taux de natalité – taux de mortalité) est très élevé. Durant la seconde phase, il diminue, c’est-à-dire que la croissance démographique ralentit.

Deux phases aux rythmes différents dans le temps et l’espace.

B. Les facteurs de cette forte croissance démographique

  • La chute de la mortalité (même infantile) est liée à l’hygiénisme (politique médicale visant à améliorer la santé des populations) :
    • – l’alimentation s’améliore.
    • – l’hygiène progresse.
    • – la médecine progresse.
  • La baisse de la natalité lors de la seconde phase de la transition démographique : des causes socio- culturelles

C. Les conséquences

● L’essor démographique est en partie responsable de la forte émigration des Européens

Emigration : fait de quitter son pays pour vivre dans un autre.
Zones de départ et d’arrivée.
Amélioration grâce à la révolution des transports.

D. Le contexte dans lequel cette croissance démographique a lieu

Les transformations techniques et économiques

L’âge industriel (période de croissance, c’est-à-dire d’augmentation de la production, grâce à l’industrialisation : processus de fabrication de produits manufacturés dans des usines avec des techniques permettant une forte productivité du travail) a transformé les sociétés européennes.

1ère phase industrialisation :

  • début XVIIIe siècle au Royaume Uni / à partir de 1850 dans le reste de l’Europe.
    industries sidérurgiques, métallurgiques et textiles grâce à la machine à vapeur et au charbon. – assez forte croissance économique (2%/an).

2ème phase industrialisation : – début 1870.

  • industries chimique, automobile grâce à l’électricité, au pétrole.
  • dépression (période de longue durée où la croissance ralentit) : « la Grande dépression » de 1873 à 1896 (surproduction) puis assez forte croissance (2%/an).
Les transformations sociales

L’âge industriel a transformé les modes de vie (ensembles des habitudes socio-culturelles liées à une époque particulière / manière de vivre déterminée par des facteurs culturels et financiers) des sociétés.

  • moins d’agriculteurs avec l’industrialisation / exode rural (migration de la campagne vers la ville) / urbanisation (augmentation du nombre de citadins par rapport à la population totale) = essor des villes.
  • essor ouvriers / conditions de vie et de travail: extrait des Temps Modernes / revendications : syndicats, manifestations / lois sociales.
  • développement des loisirs pour les classes sociales aisées.

II. Le ralentissement démographique (1914-1945)

A. La seconde phase de transition démographique se poursuit

B. Les facteurs de cette situation démographique

  • La natalité est encouragée ou freinée, encouragée par les Etats totalitaires dans l’entre-deux-guerres.
    freinée par l’impact des guerres mondiales, la crise économique de 1929.
  • La mortalité peut être importante – morts durant les guerres mondiales : grippe espagnole, la guerre civile russe de 1918 à 1921.

C. Des mutations sociales importantes durant cette période

  • – chute du nombre d’agriculteurs / accélération urbanisation.
  • – augmentation du nombre d’ouvriers / généralisation du travail à la chaîne / lois sociales.
  • – évolution du travail des femmes.
  • – augmentation des actifs dans le secteur tertiaire / essor de la bourgeoisie et apparition de la classe moyenne
  • – 1905 : loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat en France.

III. Le Baby-Boom : de 1945 à la fin des années 1960

A. L’explosion démographique

B. Les facteurs

Les progrès de l’hygiénisme
  • généralisation contraception / pénicilline.

Les politiques natalistes européennes Allocations familiales créées en 1946 en France. La natalité est stimulée par la croissance économique des Trente Glorieuses (1945-1973)

Que sont les « Trente Glorieuses » ?
  • phase extraordinaire de croissance: moyenne de 5%/an. Expression de Jean Fourastié.
Quelles mutations apportent-elles ?
  • modernisation agricole (PAC de 1962) / renforcement exode rural (paysages urbains qui se transforment).
  • – industrie = moteur de la croissance. Stabilité de l’emploi pour les ouvriers.
  • – véritable essor du secteur tertiaire. Féminisation de l’emploi.
  • – période de plein emploi, d’augmentation des salaires, d’essor du crédit, de protection sociale : dispositif d’assurances contre les maladies, le chômage, la vieillesse, les accidents étendu à l’ensemble de la population = société de consommation : société dont le niveau de vie élevé permet à la population d’accéder à un grand nombre de services, de loisirs et de biens d’équipements comme les téléviseurs, les radios, les machines à laver, les voitures…, à la propriété.
  • – jeunes profitent de la croissance. Nouvelles pratiques culturelles. – forte croissance qui entraîne l’immigration.

Conclusion :

De 1850 aux années 1960, les évolutions démographiques sont importantes dans un contexte où les mutations sociales, économiques, techniques, culturelles sont nombreuses.

A partir de la fin des années 1960, la fécondité baisse du fait de l’évolution du statut de la femme (contraception, travail…) et de la crise économique (chocs pétroliers de 1973 et 1979). Cette baisse de la fécondité accompagnée d’un allongement de l’espérance de vie (45 ans en 1900 et 79 ans en 2000) entraîne un vieillissement de la population. On parle alors de Papy-Boom ou de Baby Krach.

Bibilo/Sito

http://lpahg.free.fr/pdf/fiche_1sti_th3_qo.pdf