Le grand bond en avant, un grand bond en arrière ?

Première partie : définitions

 

Impérialisme

Grand timonier, Petit Timonier

Zone économique spéciale (ZES)

Littoralisation

 

Deuxième partie : Etude documentaire

 

Le grand bond en avant, un grand bond en arrière ?

Ces cadences démesurées imposées aux travailleurs et au matériel finirent par les épuiser. Et, pour avoir méconnu les limites matérielles de toute activité humaine que ne saurait compenser l’élan révolutionnaire, le « grand Bond en avant », hors de proportion avec les potentialités du pays, avait engendré des tensions qui sont venues aggraver les mauvaises récoltes (dues aux calamités naturelles ainsi qu’à la mise en place des communes populaires) et surtout le retrait de l’aide soviétique. Pékin ne retiendra que ces deux facteurs comme seules causes de l’échec du rand Bond en avant ! Les récoltes de céréales essentielles pour l’alimentation tombent de 190 à 155 millions de tonnes, le PNB décroît de 32 % entre 1960 et 1961. Voilà donc remise en question la politique d’industrialisation à outrance qui porte l’empreinte de l’esprit prométhéen de Mao. Le numéro 2 du régime Liu Shaoqi et les « réalistes » du parti vont s’opposer à l’aventure et contraindre Mao à abandonner la présidence de la République pour ne lui laisser que la direction spirituelle du PC.

 

J-P. Brulé, La Chine a vingt ans, 1969.

 

1) Quels étaient les objectifs du Grand Bond en Avant ?

2) Quelle était alors d’après Mao la première richesse de la Chine ?

3) Quelles sont les raisons odfficielles invoquées par Pékin pour expliquer l’échec du Grand Bond ?

4) Quelles sont d’après l’auteur les raisons réelles de cet échec ?