L’empire français au moment de l’exposition coloniale de 1931 : réalités, représentation, contestation (fiche synthétique)

I – Années 1930 : l’apogée de l’empire colonial

– L’empire colonial mesure 22 fois la métropole et compte 65 millions d’habitants. Cela plaçait l’empire français au second rang des empires coloniaux, derrière celui du Royaume-Uni. Croissance rapide.
– Organisation :
* colonie du peuplement -> Algérie depuis 1830 = 10% de la population algérienne est  européenne (pied-noirs) +3 départements français  (morceau de la République « une et indivisible »)
* colonie d’exploitation -> administrées par le gouvernement pour fournir des matières premières et agricoles (ex. : Indochine en Asie avec le riz) et fournir des débouchés pour les industries de la métropole.
* protectorat -> colonies ayant un statut plus ou moins autonome mais en réalité dirigée par la France (Maroc, Tunisie).

II – La mise en scène de l’Empire colonial par le discours colonial

Le système colonial a de puissants appuis politiques (tous partis sauf communistes), économiques (dirigeants économiques) et de l’Eglise => Opinion publique très favorable : propagande très efficace (documentaires cinématographiques aux images flatteuses des colonies, grands évènements organisés comme l’exposition coloniale en 1931 à Paris ayant un énorme succès, manuels scolaires, source d’inspiration de nombreux artistes).
– L’exposition coloniale de Paris en 1931 rassemble 8 millions de visiteurs.

III – « Une réalité qui dérange »

– Discours politique de l’époque : l’assimilation (faire des indigènes des citoyens français). Pourtant, ils n’ont jamais eu les mêmes droits (« Code de l’indigénat » : peines plus lourdes et travail forcé autorisé, ex Congo : 20000 morts, construction des chemins de fer…)
– France piégée dans son discours : défend les « droits de l’homme » et « le droit des peuples à disposer d’eux même »
-> Réalité exactement à l’inverse.
– Le parti communiste français lança une « contre-exposition » pour protester contre le colonialisme français, mais cet événement n’eut qu’un succès limité.