Quelle est la place de l’immigration dans les mutations de la société ?

museclio, http://museclio.over-blog.com/article-cours-1ere-histoire-mutations-des-societes-depuis-1850-3-82965500.html

I – Pourquoi la France est-elle un pays d’immigration précoce (dès le XIX siècle) ?

A – Quelles sont les populations immigrées en France (1850-1945) ?

Quelles pourraient être les raisons pour lesquelles la France est un pays de forte immigration dès 1880 ?
Au XIX siècle la France est un pays d’immigration contrairement aux autre pays européens. En 1911 les immigrés sont 1 160 000.

  • En effet l’industrie française manque de main-d’œuvre. La population française est composée en majorité de petits propriétaires terrains qui ont peu d’enfants pour ne pas diviser lors des héritages le patrimoine familial. L’immigration compense la faible natalité.
  • L’Etat encourage alors la venue d’une immigration frontalière (Belges, Allemands et Italiens). L’intégration est facilitée par la loi sur le droit du sol en 1889 (don de la nationalité française aux enfants nés en France de parents étrangers). 5000 enfants sont naturalisés Français tous les ans jusqu’en 1914. Mais les étrangers ne bénéficient pas des lois sociales comme la protection des accidentés du travail (1889).

Le recrutement collectif en Pologne : Quel est le rôle de la Société générale d’immigration ?

  • La Société générale d’immigration (SGI) est une organisation patronale dont le but est de recruter des travailleurs étrangers.
  • Au début du XX siècle la venue d’immigrés est encouragée par l’Etat (convention qui assurent aux immigrés l’égalité de traitement et des contrats de travail, ex l’accord de 1919 entre la Pologne et la France) et l’industrie (création en 1924 de la Société générale d’immigration). En effet la France manque de main d’œuvre à cause de la faible natalité et des morts de la 1ère guerre mondiale (18% de la population active a disparu dans les combats).
  • Les immigrés sont installés dans des régions industrielles comme la région parisienne, la Lorraine (Italiens travaillant dans la métallurgie) et la région minière du Nord-Pas-de-Calais (40% des Polonais vivant en France).

Pourquoi la France accueille-t-elle les réfugiés politiques ?

  • L’image de la France est celle d’une république démocratique qui est attractive pour les étrangers. Le pays accueille la majorité des réfugiés politiques russes blancs et arméniens, Italiens antifascistes dans les années 1920, puis les républicains espagnols à la fin des années 1930.

Comment ces réfugiés sont-ils traités pendant la seconde guerre mondiale? Pourquoi ?

  • 465 000 républicains espagnols trouvent refuge en France. Mais ils sont maltraités (camps d’internement dans les Pyrénées orientales puis travail forcé) par le régime de Vichy, xénophobe et antisémite (tradition antisémite de l’extrême droite depuis l’Affaire Dreyfus de 1895 à 1906).
  • Néanmoins, de nombreux étrangers s’engagent dans la Résistance pour la libération de la France (le résistant fusillé Manouchian de l’Affiche rouge du groupe MOI)

B – Comment se déroule l’intégration des immigrés ?

Les Polonais sont-ils intégrés à la population locale ?

  • Texte 5 page 69 : « La Pologne en France »
    Les Polonais immigrés en France pendant les années 1920 forment dans la ville de Marles-les-Mines un groupe localement important où tous les métiers sont exercés par des Polonais, entretenant peu de rapports avec les Français. Ils disposent de leurs journaux en langues polonaise, leur église et leurs associations.

Quelles sont les raisons qui expliquent les expulsions des années 1930 ?

  • Texte 5 page 69 : « La Pologne en France » et  photographie 6 page 69
    L’expulsion des mineurs polonais en 1934
    En 1931 la France est touchée par la crise économique mondiale. Le gouvernement décide alors de procéder à des expulsions de travailleurs étrangers : 130 000 Polonais sont reconduits en Pologne entre 1931 et 1936. Les raisons sont économiques et sociales (les grévistes sont expulsés), politiques (pression d’une partie de l’opinion xénophobe).

Avec la crise et les expulsions, la population étrangère diminue en France, passant de 2,7 millions en 1931 à 2,4 millions en 1936.

Qu’est-ce qui montre, d’après ce témoignage, que finalement l’intégration a été réussie ?

  • Texte 5 page 69 : « La Pologne en France »
    L’intégration des travailleurs étrangers a parfois pris plusieurs générations. Le préfet du Pas-de-Calais signale en 1929 la rapide assimilation des Polonais vivant dans les milieux agricoles et au contact quotidien de la population française, mais aussi la formation de « villes polonaises » par les mineurs.
  • Néanmoins, l’assimilation se réalise progressivement au fil des générations, avec par exemple l’effet des mariages et de l’école républicaine…

C – Quelles sont les caractéristiques de l’immigration des Trente glorieuses ?

Forte croissance de la population étrangère en France entre 1946 et 1975.

Graphique linéaire 1 page 70 : Origine de la population étrangère en France
La population étrangère a fortement augmenté en France lors des Trente glorieuses. Elle est passée de 1,7 millions en 1946 à 3,4 millions en 1975 (6,5% de la population française).

L’Office national d’immigration signe des accords avec de nombreux pays (Portugal, Algérie après 1962…) pour faire venir la main-d’œuvre nécessaire à la croissance économique.

Quelle est l’évolution de la part des Maghrébins par rapport au nombre d’étrangers ?

Les nouveaux arrivants viennent souvent d’Europe (61% en 1975), surtout de la péninsule ibérique les Portugais sont 20 000 en 1954 et 760 000 en 1974). Mais à partir des années 1960 l’arrivée des Maghrébins est massive. En 1970 plus de 1,3 million d’immigrés Algériens, Tunisiens et Marocains sont présents en France. 2% des étrangers en 1946, ils sont un tiers d’entre eux en 1975.

Quelles sont les conditions de logements des immigrés ? Quelles en sont les causes ?

Photographie 4 page 71 : Des conditions de vie difficiles
Dans la région parisienne dans les années 1970 plus d’une centaine de bidonvilles (habitats conçus avec des matériaux de récupération, ne bénéficiant pas de l’électricité ou de l’adduction d’eau) abritent des Maghrébins.

_ Les Maghrébins ont été successivement installés dans des foyers de travailleurs, puis des bidonvilles, et enfin des HLM. Cela s’explique par plusieurs raisons :

  • l’arrivée des Maghrébins a été massive et dépasse les capacités d’accueil pour des populations disposant de faibles revenus.
  • La conviction de cette époque d’une installation provisoire.
  • un contexte difficile : les meurtrières guerres de décolonisation crée une image négative de l’immigré et provoque une ségrégation sociale.

Les conditions de vie difficiles des immigrés contrastent avec une société en pleine croissance. A partir de 1964, ces conditions sont dénoncées dans la presse et une politique d’insertion voit le jour.

Origine des immigrants en France au XX siècle ?

  1. Quelles sont les principales nationalités présentes en France en 1906 ? En 1999 ?
  2. A partir des réponses ci-dessus, réaliser un schéma explicatif montrant les différences dans l’origine régional (nationalités, Europe de l’Est, Europe de l’ouest, continents) entre les deux dates.
  3. Quelles peuvent être les raisons des migrations dans l’an 2000 ? Les faire figurer par des flèches reliés au schéma explicatif.

II – En quoi l’immigration est-elle en débat à la fin du XX siècle ?

A – Quelle est la politique française pour contrôler l’immigration ?

Quelles sont les conditions posées au regroupement familial ?

Texte 5 page 71 : Le regroupement familial
Le regroupement familial permet à un immigré en France de faire venir sa famille si les conditions sont réunies pour « convenablement s’insérer en France », c’est-à-dire avoir un logement et un revenu stable.

Comment l’auteur justifie-t-il la politique du gouvernement ?

Le gouvernement du président Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981) justifie sa politique par plusieurs points :

  • a justice : désir d’établir ainsi une « société d’égalité et une société de justice » en prenant mieux en compte les besoins des étrangers en bénéficiant de « l’égalité la plus large ».
  • la volonté de mettre en place une « immigration organisée, maîtrisée, dans le domaine de l’immigration familiale. »

Avec la fin des trente glorieuses et les difficultés économiques le gouvernement suspend officiellement l’immigration. Cependant la politique du regroupement familial (1976) puis les régularisations des travailleurs sans-papiers en 1982 et 1986 expliquent l’augmentation du nombre d’étrangers et la féminisation de cette population.

En quoi l’action de l’Union européenne modifie-t-elle la situation pour l’immigration ?

L’espace Schengen facilite les déplacements au sein de l’Union européenne mais crée également une fermeture à l’immigration qualifiée de « forteresse Europe ». Cependant, la mondialisation a crée de nouvelles mobilités Sud-Nord que les politiques restrictives ne parviennent pas à contrôler (venue de clandestins comme les tunisiens et les Lybiens après le printemps arabe de 2011)

B – Quels sont les défis de l’intégration ?

Quels sont les débats autour de l’immigration et de l’intégration depuis les années 1980?

Affiche 3 page 73 : Affiche pour la « marche des Beurs » en 1983
De nombreux débats autour de l’immigration et de l’intégration des immigrés se posent dans la société française.

  • Avec la crise économique la question des immigrés et du marché de l’emploi s’est posée. Le gouvernement a répondu en suspendant l’immigration économique.
  • Les violences urbaines (1981, 2005..) et la crise économique, l’insécurité dans les banlieues, ont suscitée une montée de la xénophobie et une poussée de l’extrême droite dès 1984.
  • La société civile s’est mobilisée contre le racisme par exemple avec la marche des « beurs » en 1983 en faveur de l’égalité par des enfants d’immigrés, ou encore avec le mouvement « Touche pas à mon pote ».
  • L’apparition de l’islamisme et les atteintes aux principes républicains de laïcité (port du tchador et de la burqa dans les établissements scolaires, violences contre des hommes médecins accouchant des femmes musulmanes) ont suscité des débats qui n’ont pas favorisé la sérénité comme le débat sur l’identité nationale en 2010.

Quels sont les exemples d’intégration réussies et les limites actuelles de cette intégration ?

Les exemples d’intégration réussie des immigrés dans la société française sont nombreux :

  • Le préfet Nacer Meddah, sa mère était femme de ménage mais il a pu par son mérite devenir un des plus haut personnage de la fonction publique.
  • Zinédine Zidane champion du monde de football en 1988.

Ce sont quelques exemples de la beurgeoisie, ces descendants immigrés appartenant par leur réussite socio-professionnelle à l’élite française. Plus généralement l’intégration des immigrés dans la société montre le succès du « creuset français ». Le « creuset français » est l’expression forgée par l’historien Gérard Noiriel pour désigner le processus intégrateur par lequel, en trois ou quatre générations, environ 10 millions de personnes étrangères sont devenues françaises. Ce que confirme l’augmentation des mariages mixtes.

Mais il existe des difficultés à cette intégration : le chômage et le cadre parfois sordide des banlieues dortoirs provoque un malaise pour une partie des jeunes issus de l’immigration. De plus ces populations intégrées par la langue, l’école et le travail, sont parfois victimes de discrimination.