Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation

I – Etude de cas : un territoire innovant (technopole Rennes Atalante)

=> préparation sur ce PDF : Rennes Atalante

  • Quels sont les atouts et les spécificités de ce territoire innovant?
  • Quels en sont les acteurs ?
  • Quel bilan peut-on faire de cet aménagement et quels débats suscite-t-il ?

II – Recomposition de l’espace productif français

Pourquoi la mondialisation à l’origine d’autres logiques de localisation des activités, entraine-t-elle une recomposition de l’espace productif français ? Quelles sont les dynamiques de localisation des activités en France?

Original : http://www.fichier-pdf.fr/2012/03/09/cours-dynamiques-des-espaces-productifs/

La localisation des activités économiques sur le territoire français n’est pas figée. Au XIXe siècle, les régions industrielles principales se développèrent près des gisements de matières premières et énergétiques (Lorraine, Nord, St Etienne…) et des grandes villes offrant un bassin de main d’œuvre et de consommation suffisants. Ainsi, au milieu du XXe siècle, l’agglomération parisienne était de loin la première région industrielle et, plus largement, les régions à l’est d’une ligne Le Havre/Marseille était plus industrialisées que les régions à l’Ouest. La politique d’aménagement du territoire tenta alors de corriger ce déséquilibre en incitant la construction des usines plutôt en province qu’à Paris (déconcentration). Mais ce sont surtout les logiques liées à la mondialisation qui entraînent une recomposition de l’espace productif français au cours des dernières décennies. Quelles sont les nouvelles logiques de localisation des activités dans un contexte d’ouverture sur l’Europe et le monde ?

Quels sont les espaces qui tirent le meilleur parti de ce nouveau contexte et ceux qui en souffrent le plus?

A – De nouvelles logiques de localisation des activités

1) La proximité des infrastructures de transport ouvrant sur l’Europe et le monde

La possibilité de se déplacer rapidement pour affaires ou de transporter des marchandises à l’échelle nationale, européenne ou mondiale est une condition indispensable pour les entreprises. Tout point du territoire français est facilement accessible par la route, mais les régions situées près des grands axes sont avantagées. L’artère principale est l’axe Paris-Lyon-Marseille desservi par autoroute et TGV. Non seulement il relie ces trois métropoles mais constitue aussi un axe européen entre l’Espagne ou l’Italie et le Benelux ou le Royaume-Uni. Les autres axes majeurs rayonnent autour de Paris (vers Le Havre, les villes de l’Ouest, Strasbourg et l’Allemagne) ou relient le couloir rhodanien aux pays voisins.

La proximité de grands ports équipés de différents terminaux attire également des activités liées à l’exportation ou à la transformation de produits importés. Depuis la construction des ZIP (zones industrialo-portuaires) dansles années 1960, la sidérurgie et la pétrochimie françaises se sont localisées principalement à Dunkerque, Fos-sur-Mer et le Havre. Cependant, ces ports furent d’abord équipés de terminaux pétroliers, gaziers et minéraliers, tandis que l’équipement en terminaux de conteneurs a pris du retard. Ce retard est en partie rattrapé aujourd’hui (terminaux Le Havre 2000 et Fos 2XL) mais les ports français restent moins bien placés que les ports du Benelux, d’Espagne et d’Italie pour le trafic de conteneurs.

La présence d’un aéroport desservant de multiples destinations nationales et internationales est enfin un élément décisif dans le contexte de la mondialisation. Les aéroports parisiens sont de loin les plus importants, mais les grands aéroports de province (Nice, Marseille, Lyon, Toulouse) se développent en diversifiant leur offre (nouvelles destinations, aérogare low cost à Marignane).

2) De nouveaux moteurs de développement

Le tourisme, depuis sa démocratisation à partir des années 1960, est devenu un secteur non négligeable de l’économie, en France tout particulièrement puisqu’elle est le pays le plus visité au monde. Cependant, les flux touristiques, notamment étrangers, susceptibles de dynamiser un territoire se concentrent en certaines régions: les littoraux, surtout méditerranéen, la haute montagne alpine et pyrénéenne, et Paris, visitée depuis le monde entier. Ailleurs, le tourisme est plus diffus, même si les régions du Sud sont plus attractives, permettant à certains territoires de la Provence intérieure ou du Sud-Ouest de miser sur l’économie résidentielle, c’est-à-dire sur le commerce et les services liés à la résidence saisonnière ou permanente de retraités et d’actifs français ou étrangers.

La France attire non seulement des touristes et des résidents étrangers, mais aussi des capitaux. Elle fait partie des pays de l’UE les plus attractifs pour les IDE, c’est-à-dire les investissements directs à l’étranger effectués par des entreprises en vue d’augmenter leurs capacités de production par l’achat d’autres entreprises ou par la création de filiales. En effet, la France est en position de carrefour en Europe de l’Ouest, elle est très bien équipée en réseaux de transports, représente un vaste marché de consommation et est réputée pour sa qualité de vie. Les IDE se concentrent dans les régions les plus dynamiques et attractives (IdF,Rhône-Alpes, PACA, Midi-Pyrénées) et dans celles qui sont les plus proches de la dorsale européenne (NPdeC, Lorraine, Alsace).

Le dynamisme des espaces productifs repose enfin de plus en plus sur leur capacité à innover.La capacité d’innovation est désormais un élément clé de la croissance d’un pays développé comme la France. En effet, en raison de coûts de production relativement élevés, la compétitivité internationale de l’économie française repose davantage aujourd’hui sur des tâches de conception, d’organisation de la production et de valorisation de nouveaux produits plutôt que sur la fabrication de biens manufacturés de consommation courante. C’est pourquoi l’accent est porté sur les territoires de l’innovation, c’est-à-dire des territoires d’étendue variable (du quartier à plusieurs départements), créés par les acteurs spatiaux (Etat, collectivités territoriales, institutions de recherche et entreprises) dans le butde former des espaces productifs tournés vers l’innovation. C’est le cas notamment des technopôles, parcs regroupant et cherchant à créer une synergie entre des entreprises de haute technologie, des pôles de recherche publics et des établissements d’enseignement supérieur. L’Etat encourage depuis 2004 la naissance de nouveaux territoires de l’innovation: les pôles de compétitivité. Sur le modèle des technopoles, ils visent à mettre en relation différentes entreprises et organismes de recherche et de formation autour de produits innovants. Mais sur les 71 pôles créés dans toute la France à partir de projets d’acteurs locaux, les plus dynamiques, les «pôles mondiaux», se situent dans les métropoles où les activités technopolitaines étaient déjà bien établies: Paris, Lyon, Grenoble, Nice, Toulouse.

Les nouveaux moteurs de développement liés à la mondialisation privilégient donc certaines parties du territoire.

B –  Des espaces productifs plus ou moins compétitifs

1) Les espaces bien intégrés dans la mondialisation

Paris est une des principales villes mondiales par son rayonnement culturel mais aussi économique (1Er pôle européen de sièges sociaux de firmes transnationales). Elle concentre une part importante des emplois métropolitains supérieurs, c’est-à-dire les emplois d’un haut niveau de qualification (ingénieurs, chercheurs, cadres…) et dont le pouvoir décisionnel est important. L’Ile de France demeure en outre la 1ère région industrielle, si bien qu’elle fournit près de 30 % du PIB national.

A l’image de Paris mais à une échelle seulement régionale, les grandes villes de province polarisent également les emplois métropolitains supérieurs: elles réaménagent leurs quartiers centraux en centres d’affaires tandis que leur aire urbaine accueille des technopôles et autres pôles de compétitivité. Par rapport aux villes plus petites, elles bénéficient également des infrastructures de transport les plus importantes.

En dehors de ces centres d’impulsion de l’économie française, certaines régions paraissent mieux armées dans le contexte de la mondialisation: ce sont les régions situées le long d’un arc périphérique qui va de l’Alsace à la Bretagne en passant par la région Rhône-Alpes, le littoral méditerranéen et le Sud-Ouest. Par rapport aux autres régions, elles offrent un cadre de vie plus attractif et se sont spécialisées plus tôt dans les activités tertiaires (notamment touristiques) et de haute technologie les plus dynamiques actuellement.

2) Les espaces souffrant de la concurrence internationale

Les vieilles régions industrielles du Nord et du Nord-Est, fondées sur le textile, les mines et la sidérurgie, ont beaucoup souffert de l’ouverture aux échanges mondiaux: la concurrence internationale a fait disparaître tout ou partie de ces industries anciennes. Pourtant, depuis une vingtaine d’années, leur reconversion s’accélère justement grâce à l’intégration européenne et à la mondialisation: en effet, ces régions ont pour atout d’être situées tout près de la mégalopole européenne, ce qui leur permet d’attirer des investissements étrangers dans la logistique (centres de distribution) et l’industrie, notamment automobile (Smart en Lorraine en 1997, Toyota à Valenciennes en 2001).

Les régions du bassin parisien situées autour de l’Ile de France ont également souffert de la mondialisation. Dans les années 1960, elles étaient en plein essor grâce à la déconcentration: les entreprises (automobile, construction électrique et électronique…) qui créaient de nouvelles usines en province le faisaient surtout dans un rayon de quelques centaines de kilomètres autour de Paris. Mais à partir des années 1980, ces régions ont subi de plein fouet les délocalisations vers les pays à bas salaires et la concurrence des pays asiatiques. Elles peinent aujourd’hui à compenser les pertes d’emploi, même si l’industrie agroalimentaire reste très dynamique dans ces régions.

Cependant, les régions les moins armées dans le contexte de la mondialisation sont les régions enclavées, notamment celles de la diagonale du vide et la Corse. Elles sont éloignées des grandes métropoles et mal desservies par les réseaux de transport modernes. Leur cadre de vie peut être attractif pour des retraités ou des résidents secondaires, mais elles ont du mal à attirer et même à retenir les activités économiques en raison de leur enclavement.

La France présente donc de solides atouts face à la concurrence internationale: un territoire en position d’isthme entrel’Europe du Nord-Ouest et l’Europe du Sud, réputé pour sa qualité de vie, valorisé par des réseaux de transport performants, et une politique économique mettant l’accent sur l’innovation. Mais la métropolisation qu’implique la mondialisation a pour effet de renforcer les contrastes entre les espaces dynamiques (les aires urbaines des principales métropoles), et les espaces périphériques voire enclavés qui ont du mal à conserver leur vitalité.

Croquis: «dynamiques de localisation des activités en France et mondialisation» = «l’organisation de l’espace français dans le contexte européen et mondial».

par exemple ici : http://geographie-muniga.org/Organisation-territoire-francais-Croquis.103.html pour une leçon interactive ou encore ici http://histoirepontus.unblog.fr/category/premiere/espaces-productifs-francais/

sinon :Sans titre