Histoire – Personnages du programme de 1ère

Croissance et Mondialisation depuis 1850

Frederick Taylor : ingénieur, concepteur de l’Organisation Scientifique du Travail (OST) qui préconise la décomposition des tâches simplifiées en étapes de la production pour augmenter les rythmes de travail, utiliser un personnel de moins en moins qualifié et accroitre ainsi les quantités produites pour faire baisser les couts de production : il cherche à accroitre la productivité.
Henry Ford : ingénieur, fondateur de la Ford Motor Company et du fordisme : conception du travail industriel qui s’appuie sur la chaine de montage et la taylorisation du travail ouvrier, préconisant aussi des salaires élevés pour stimuler la consommation.

Mutation des sociétés depuis 1850 : l’exemple de la France

Frederick Taylor (voir plus haut)
Henry Ford (voir plus haut)

Guerres Mondiales et espoirs de paix (1914-1945)

Woodrow Wilson (1856-1924): président des Etats-Unis entre 1913 et 1921, il s’engage dans la mise en place de la SDN (Société des Nations), première organisation internationale réunissant les États du monde dans une diplomatie permanente et pacifique.
Winston Churchill (1874-1965): il fait carrière dans l’armée coloniale britannique avant de se lancer en politique. Ministre de la Marine, de l’Armement et de l’Air entre 1914 et 1918, Premier Ministre en 1940 d’un Royaume-Uni isolé, il est un des personnages clés des deux guerres. Prix Nobel de littérature pour ses mémoires en 1953.
Franklin D. Roosevelt (1882-1945) : homme politique américain, démocrate, responsable de la marine durant la Première Guerre Mondiale, il est élu président quatre fois à partir de 1933 (président  des Etats-Unis de 1933 à 1945). Il mène une politique volontariste contre la crise économique qui touche les Etats-Unis. Il engage son pays dans la Seconde Guerre Mondiale fin 1941 et prépare avec ses alliés le nouvel ordre mondial, mais meurt en avril 1945 avant la fin de la guerre.
Adolph Hitler (voir plus bas).
Joseph Staline (voir plus bas).
Benito Mussolini (voir plus bas).

De la Guerre Froide à de nouvelles conflictualités

Joseph Staline (voir plus bas).
Nikita Khrouchtchev  (1894-1971): dirige l’URSS (Union des républiques socialistes soviétiques) de 1953 à 1964 (voir plus bas).
Fidel Castro (né en 1926) : avocat, révolutionnaire, il dirige Cuba de 1959 à 2008. Opposé aux Etats-Unis, il oriente son pays vers le communisme.
Harry S. Truman (1884-1972): président des Etats-Unis de 1945 à 1953, successeur de Roosevelt, il met fin à la Seconde Guerre Mondiale par la bombe atomique et lance la Guerre Froide. Il joue donc un rôle fondamental dans l’ordre mondial qui se met en place après la Seconde Guerre Mondiale.
J. F. Kennedy (1917-1963) : président démocrate des Etats-Unis de 1961 à 1963.
Lyndon Johnson (1908-1973) : président démocrate des Etats-Unis de 1963 à 1969.
Richard Nixon (1913-1994) : président républicain des Etats-Unis de 1969 à 1974.
George Bush (né en 1924) : homme politique et d’affaires, directeur de la CIA, président de 1989 à 1993 des Etats-Unis, il voit la fin de la Guerre Froide. Son fils est élu président 2 fois (2001 à 2009).
Ho Chi Minh (1890-1969) : homme politique communiste vietnamien, fondateur du Vietminh, il dirige après 1945 la lutte pour l’indépendance de son pays contre la France et les Etats-Unis.
Oussama Ben Laden (1957-2011) : fils d’une riche famille, il s’engage dans la lutte islamiste en Afghanistan avec le soutien américain avant de se retourner vers les Etats-Unis à l’occasion de la première Guerre du Golfe. Il dirigeait l’organisation Al-Qaïda.

Genèse et affirmation des régimes totalitaires

Joseph Staline (1879-1953) : né d’une famille modeste, Joseph Staline entre au Parti bolchevick et prend en 1912 le nom de Staline soit « l’homme d’acier ». Arrêté par le régime tsariste en 1913 et libéré en 1917, il soutient la révolution d’Octobre. Après la mort de Lénine en 1924, il élimine peu à peu ses adversaires pour devenir chef tout puissant de l’URSS (Union des républiques socialistes soviétiques) partir de 1929. Il créé le « stalinisme ». A sa mort, son bilan est remis en cause : c’est la « Déstalinisation ».
Adolph Hitler (1889-1945) : cet Autrichien découvre l’extrême droit antisémite à Vienne. Installé à Munich, il créé le Parti national-socialiste et après un « Putsch » raté, il est emprisonné et écrira « Mein Kampf » (= mon combat). La crise économique permet à son parti de devenir populaire, et Hitler devient le 30 janvier 1933 Chancelier du Reich. Le Führer (= le guide) transforme le régime en dictature et entraine son pays dans la Seconde Guerre Mondiale et le génocide. Il se suicide le 30 avril 1945 dans son bunker à Berlin.
Benito Mussolini (1883-1945) : issu d’un milieu aisé, il devient leader du Parti socialiste italien. Il fonde les « faisceaux de combat » et exploite la situation de crise de l’Italie pour développer un programme socialiste et nationaliste. Par sa « marche sur Rome », il fait pression sur le Roi, qui le nomme chef du gouvernement. En quelques années, le « Duce » organise le premier régime fasciste d’Europe. Après des hésitations, il engage ensuite l’Italie dans la Seconde Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne. Il est exécuté le 28 avril 1945 par des résistants italiens.

La fin des totalitarismes

Nikita Khrouchtchev (1894-1971): dirigeant du Parti communiste en Ukraine puis à Moscou (de 1953 à 1964), il prend le pouvoir à la mort de Staline (1953) et se fait promoteur de déstalinisation, et dénonce les crimes de celui-ci. Cela ne l’empêche pourtant pas de faire construire le mur de Berlin (1961). Il recule face à Kennedy lors de la crise de Cuba (1962) et sera finalement renversé en 1964.
Mikhaïl Gorbatchev (1931) : il commence sa carrière politique sous Khrouchtchev. Secrétaire du Parti en 1985, il entreprend de sauver l’URSS (Union des républiques socialistes soviétiques) de la « stagnation » en la réformant avec la « perestroïka » et la « glasnost ». De plus, il introduit peu à peu la démocratie et l’économie de marché en URSS. Il met un terme à la guerre froide, et libère les démocraties populaires de la tutelle soviétique, ce qui lui vaudra de recevoir le Prix Nobel de la Paix. De plus en plus impopulaire dans son pays, il fait face à de nombreuses oppositions et Boris Eltsine prendra le pouvoir d’une Russie indépendante en 1990.

Le temps des dominations coloniales

Jules Ferry (1832-1893) : initiateur de l’expansion coloniale française (voir plus bas).

La décolonisation

Mohandas Gandhi (1869-1948) : issu de la bourgeoisie indienne, il fait des études de droit à Londres puis est avocat en Afrique du Sud. Il s’engage là à défendre les droits des immigrés indiens. Inspiré par l’hindouisme et autres traditions religieuses, il met au point la non-violence et la désobéissance civile comme méthode de résistance passive. Il revient ensuite en Inde en 1915, où il applique ses méthodes. Leader politique et moral de la population indienne, il devient le « Mahatma » et incarne la résistance au colonialisme. Au moment de l’indépendance (1946), il ne parvient pas à empêcher la partition de l’Inde et est assassiné en 1948 par un extrémiste hindouiste qui lui reprochait sa modération à l’égard des musulmans.
Jawaharlal Nehru (1889-1964) : après des études de droit au Royaume-Uni, il revient en Inde et participe au combat nationaliste en 1920. Disciple de Gandhi, il est le leader de l’aile gauche du Parti du Congrès, inspirée par le socialisme. Plusieurs fois emprisonné par les britanniques, il est appelé à la tête du gouvernement provisoire de l’Inde en 1946. Après l’indépendance, il devient Premier Ministre et le reste jusqu’à sa mort en 1964. Il organise une démocratie laïque en Inde. Il sera ébranlé par la défaite militaire infligée par son ancien allié chinois en 1962 et sa fille dirigera l’Inde après sa mort.
Messali Hadj (1898-1974) : leader nationaliste algérien depuis les années 1920, fondateur du MNA (Mouvement Nationaliste Algérien).

La République, trois Républiques

Jules Ferry (1832-1893) : ministre de l’instruction publique puis président du Conseil, il fait voter des lois sur la liberté de presse et l’enseignement primaire laïc. Jules Ferry incarne les républicains opportunistes, qui ont défendu la démocratie libérale, la laïcité et la « mission civilisatrice » de la France.
Charles De Gaulle (1856-1951) : acteur majeur de la Résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale. Président de la République française de 1959 à 1969.
Léon Blum (1872-1950) : engagé politique juif lors de l’affaire Dreyfus et participe avec Jaurès à la fondation de la SFIO. Président du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) en 1946-1947.
Georges Boulanger (1837-1891) : élu à Paris en 1889 par le mouvement boulangiste, il refuse le coup d’état proposé par ses partisans et, menacé de poursuites du gouvernement, quitte la France.
Alfred Dreyfus (1859-1935) : capitaine de l’état-major général de l’armée, il sera victime des préjugés de ses collègues. Accusé à tort d’avoir livré des secrets militaires à l’Allemagne, il sera déporté sur l’ile du Diable. Gracié sous le ministère Waldeck-Rousseau, il sera acquitté et réhabilité en 1906. Il sera décoré de la légion d’honneur.
Patrice de Mac Mahon (1808-1898) : Président de la République de 1873 à 1879 et de régime parlementaire, il vivra une tentative de Restauration par les royalistes.
Jean Moulin (1899-1943) : d’abord haut fonctionnaire puis ministre de l’Air du gouvernement du Front Populaire, il devient intermédiaire entre la Résistance Intérieure et De Gaulle. Il présidera le premier Conseil national de la Résistance. Capturé par un commando SS et emmené à la gestapo de Lyon, il est identifié comme Max, le chef de la Résistance. Torturé il ne parle pas, et meurt alors qu’il était transporté à Neuilly. Il repose au Panthéon.
Philippe Pétain (1856-1951) : issu d’une famille paysanne modeste, et fait une carrière militaire. Ministre de la guerre en 1934, Président du conseil en 1940, il deviendra « Chef de l’Etat Français » de 1940 à 1945, sous l’occupation nazie. Lors de la Libération, il est condamné à mort, puis sa peine changée en détention à perpétuité.

La République et les évolutions de la société française

Jean Jaurès (1859-1914) : il est l’un des principaux leaders du socialisme, il devient principal leader de la SFIO. La lutte pour la paix devient pour lui très importante : la politique coloniale lui apparaît comme un danger pour la paix. Un nationaliste le tue en 1914 et ses cendres reposent maintenant au Panthéon.
Léon Blum (voir plus haut)
Jules Ferry (voir plus haut)
Simone Veil : ancienne déportée, elle entre dans le gouvernement de Giscard D’Estaing comme Ministre de la Santé publique, chargée également de la Sécurité Sociale et de la Famille. Elle fait un certain nombre de réformes dont l’accès à la contraception et l’interruption volontaire de grossesse. Elle deviendra présidente de l’Assemblée Européenne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s